NEWS

STEPHEN MALKMUS : NOUVEL ALBUM SOLO LE 15 MARS

22/01/19

Image: Stephen Malkmus press shot

Les rumeurs se confirment: l’album électro secret que Stephen Malkmus a évoqué à plusieurs reprises verra le jour le 15 mars, à l’occasion de sa sortie sur Domino. Mais Groove Denied n’est pas vraiment une plongée dans l’EDM ou l’hiptronica. En fait, l’album ne contient aucune piste purement instrumentale. Chaque chanson est précisément cela: une chanson comportant l’ADN de Malkmus comme une mélodie habilement tordue et des paroles ambigües. Groove Denied, c'est Stephen qui fait l’école buissonnière, s’échappe de sa routine. Comme le dit Malkmus, "C’est fun de jouer avec des trucs que vous n’êtes pas censé faire."


Un premier aperçu du nouveau groove de Stephen vous est proposé aujourd’hui, avec la sortie du single «Viktor Borgia» et sa vidéo mettant en scène Stephen seul dans une boite de nuit. Le titre fusionne de manière ludique le nom du comédien-pianiste et de la dynastie impitoyable de la noblesse italo-espagnole. Avec sa mélodie majestueuse et sa voix à l'accent presque anglais, les références ici sont celles des premiers Human League ou même de Men Without Hats. "Je pensais à des choses comme "Homosapien" de Pete Shelley, Human League et la musique synthé DIY de 1982", explique Stephen, ajoutant "et aussi au fait que dans la New Wave des années 80, ces boites de nuits de banlieue étaient l'endroit où tous les monstres se rencontraient – tels des sanctuaires. "


Regardez la vidéo de «Viktor Borgia» ici.

 

Quand Stephen Malkmus a débuté sa carrière au début des années 90, en tant que leader et principal fondateur de Pavement, le milieu de la musique auquel il était associé n'aurait pas pu être plus éloigné des sons techno-rave de l'époque. La musique dance électronique, à l'époque comme aujourd'hui, portait sur la précision posthumaine, les textures synthétiques et la clarté hyper-numérique. Tandis que le mouvement lo-fi dans le rock underground prônait une ode à la paresse, aux aspérités et à la chaleur brute - cent nuances subtiles de distorsions et d’abrasions.

Retour au présent, voici Malkmus et son Groove Denied - le premier album solo de Stephen sans ses camarades des Jicks depuis 2001. Enregistré avec Ableton Live , Malkmus  a troqué sa section rythmique à propulsion humaine par un arsenal de boites à rythmes et une série de plug-in et de «soft synths». Il compare le processus de construction de chaque piste à la façon dont ses enfants « fabriquaient des personnages sur mon iPhone: choix de la couleur des cheveux, des robes, etc. Découper et déplacer les ondes. Un style s’inspirant du scroll d’Apple. »


Cette rupture remonte au début de cette décennie, lorsque Malkmus vécut à Berlin pendant deux ans et découvrit la scène club de la ville. Il a fait des incursions dans les célèbres fêtes nocturnes de la ville et est devenu fasciné par la techno: «la musique peut être géniale… vous pouvez vous échapper, danser et vous concentrer sur la musique - ou tout simplement vous enivrer ! »


Décrire Groove Denied comme étant le Low de Stephen Malkmus ne serait pas totalement hors de propos, ni une référence historique trop facile. Bien que largement enregistré en Oregon, l’essentiel de l’album a été écrit alors qu’il vivait à Berlin. Et si la méthodologie derrière Groove Denied est absolument celle du XXIème siècle, les références de la palette sonore remontent quant à elle à l’ère prénumérique. « Je voulais que le côté musique électronique de l'album, sonne pré-Internet», explique Stephen.


Groove Denied va bouleverser les idées reçues sur Malkmus et sur ce qu’il est capable de faire, le repositionnant ainsi dans l’ordre des choses. Mais sous un angle différent, son engagement envers la technologie numérique est tout à fait logique. Après tout, la lo-fi des années 90 - le son dans lequel Pavement et lui étaient initialement reconnus en tant que leaders et pionniers - n’était rien d’autre qu’obstinément sonique - il s’agissait uniquement du grain, des textures de guitare, des traitements et effets immodérés. Un hymne au bruit. Comme Stephen l’a récemment tweeté à propos de l’omniprésence de l’Auto-Tune dans la création musicale contemporaine: « Nous attendons des transformations… et nous, les êtres humains, nous aimons tous ces putains d’outils. »

 

Tracklisting:

1. Belziger Faceplant

2. A Bit Wilder

3. Viktor Borgia 

4. Come Get Me 

5. Forget Your Place

6. Rushing The Acid Frat

7. Love The Door

8. Bossviscerate

9. Ocean of Revenge

10. Grown Nothing

 

Groove Denied est disponible en précommande en exclusivité sur le Dom-Mart en vinyle transparent (accompagné de la disquette labellisée Groove Denied et d’un tirage photo rétro de Stephen Malkmus), en vinyle standard, CD (avec poster) et en digital. Précommander: Dom Mart | Digital

 

Prochains concerts:

Jan 23 – Chicago IL @ Metro *

Jan 25 – Brooklyn NY @ Brooklyn Steel *

May 1 – Toronto ON @ The Great Hall ^

May 3 – Somerville MA @ Arts At The Armory ^

May 4 – Ardmore PA @ Ardmore Music Hall ^

May 5 – Washington DC @ Union Stage ^

May 7 – Austin TX @ 3TEN ACL Live ^

May 10 – Portland OR @ Doug Fir Lounge ^

May 11 – Seattle WA @ Columbia City Theater ^

May 14 – San Francisco CA @ Swedish American Hall ^

May 15 – Los Angeles CA @ Lodge Room ^

May 30 – Barcelona ES @ Primavera Festival *

June 14 – Mannheim DE @ Maimarkt-Gelände *

June 19 – Paris FR @ La Gaîté Lyrique *

*  avec The Jicks

^ Malkmus solo

Stephen Malkmus Online:

Website | Facebook | Twitter | Instagram

 

RUSTIN MAN : NOUVEAU SINGLE

Rustin Man | 16/01/19

Image: Rustin Man press shot

Après avoir annoncé la sortie de son nouvel album, le tant attendu Drift Code à paraître le 1er février chez Domino, Rustin Man, alias Paul Webb, est ravi d’en dévoiler un second extrait « Judgement Train ». Regardez la vidéo de « Judgement Train » réalisée par Edwin Burdis :

Ecoutez « Judgement Train » en streaming

Sur « Judgement Train », décrit par Webb comme « une version musicale d’Apocalypse Now avec les Marx Brothers », il se met en scène jouant une partie de poker avec Dieu dans un train. « C’est un peu un tricheur chanceux, il est convaincu d’être plus malin que Dieu pour gagner sa place au paradis. Au fil de la partie, il réalise que sa main est mauvaise et que Dieu a échangé sa place avec le diable. A la fin du jeu, il a été battu et remarque tous ses points en commun avec le diable. J’aime penser que c’est une fin heureuse ! ».

L’ancien bassiste de Talk Talk a publié jusqu’ici un album sous le nom de Rustin Man, le superbe Out Of Season en 2002 – en collaboration avec Beth Gibbons de Portishead. Depuis, il a travaillé sans relâche sur son successeur qu’il a enregistré chez lui, dans une grange rebâtie en maison, au milieu d’un champ de l’Essex à 5 km du village le plus proche, une bâtisse extraordinaire telle un vieux magasin de curiosités transformée en espace de vie moderne. Webb a composé l’album Drift Code tout en retapant la grange et élevant ses deux filles avec sa femme Sam. 

Webb, qui pour la première fois a écrit des morceaux spécialement pour sa propre voix, s’avère être un talentueux acteur, capable d’adopter plusieurs rôles vocaux, comme en attestent ‘Judgement Train’ et son précédent single ‘Vanishing Heart’.

Comme on peut attendre d’un personnage au pédigrée de Webb, Drift Code est un ouvrage profond et minutieux. Le temps qui passe, son espace vital regorgeant d’art, d’objets précieux et de bric-à-brac, les années passées à écouter de la musique de film et de standards des années 40 sont autant d’éléments qui s’entendent sur cet album. Mais il y a également une surprenante spontanéité. Le disque est empreint d’un enthousiasme sage et chaleureux couplé à un sens aigu du storytelling.

Tracklisting de Drift Code:

1. Vanishing Heart
2. Judgement Train
3. Brings Me Joy
4. Our Tomorrows
5. Euphonium Dream
6. The World’s In Town
7. Light The Light
8. Martian Garden
9. All Summer

Drift Code est disponible en pré-commande en version LP Dom Mart exclusive (avec une photo dédicacée), version LP Indie exclusive (avec une photo), LP, CD et digital. Pré-commandez votre copie : Dom Mart | Digital

 

FAT WHITE FAMILY DÉVOILENT LE CLIP DE "FEET"

15/01/19

Image: FWF Feet press shot

Après l’annonce de la sortie de Serfs Up!, leur troisième album et le premier pour leur nouveau label Domino, Fat White Family ont dévoilé la vidéo de leur nouveau single «Feet », clip grandiose réalisé par C.C. Wade qui s’accorde parfaitement avec l’ambition et l’importante portée du titre.

Ils annoncent également deux concerts intimistes à The Lexington à Londres les 30 et 31 janvier. Leur dernier concert en date, à la Brixton Academy en septembre 2016, s'est tenu à guichets fermés. Les billets des concerts seront mis en vente le mercredi 16 janvier 2019 à 11h sur les sites : www.fatwhitefamilymusic.com et www.dice.fm

Ecoutez le titre en streaming

--

Après la sortie en janvier 2016 de leur deuxième album, Songs For Our Mothers, le noyau dur du groupe, Lias et Nathan Saoudi, s'est installé à Sheffield et s’y est lancé dans l’écriture de ce nouveau disque. Rejoints par un conspirateur supplémentaire en la personne de Saul Adamczewski, ils ont terminé l'enregistrement de Serfs Up! à la fin de l’automne 2018 à Champzone leur propre studio situé à Attercliffe, zone industrielle de Sheffield, avec l’aide de leur collaborateur de longue date, Liam D. May, et la participation de Baxter Dury sur le titre "Tastes Good With The Money".

Serfs Up! est un travail luxuriant et magistral, à la fois lascif, personnel, tropical, compatissant et monumental, qui entraîne l’auditeur au lieu de le rebuter par une abrasion délibérée. Fat White Family a mis fin à certains comportements passés, de ce fait le disque annonce l’aube d’un nouveau jour. 

Après avoir été la bande-originale de l’Angleterre sordide des vendeurs de e-cigarettes, des diners Fray Bentos et du papier aluminium noirci, un royaume crépusculaire en décrépitude où régnaient Shipman, Goebbels et Mark E. Smith, Fat White Family habite maintenant entièrement une autre galaxie. Serfs Up! est la renaissance d’une bande de hors-la-loi. Personne à part les intéressés ne l’avait vu venir : Fat White Family a survécu. Fat White Family a acquis de la sagesse. Fat White Family s'est sophistiqué.

1.   Feet

2.   I Believe In Something Better

3.   Vagina Dentata

4.   Kim’s Sunsets

5.   Fringe Runner

6.   Oh Sebastian

7.   Tastes Good With The Money

8.   Rock Fishes

9.   When I Leave

10. Bobby’s Boyfriend

Serfs Up! sera disponible le 19 avril en  CD (WIGCD401), vinyle standard (WIGLP401), vinyle exclusif au Dom Mart (12” vinyle rouge transparent heavyweight avec un poster inclus  – WIGLP401XM) et en digital (WIG401D). Vous pouvez pré-commander Serfs Up! ici.

 

PANDA BEAR : NOUVEAU SINGLE "TOKEN"

Panda Bear | 14/01/19

Image: Panda Bear Buoys press shot

Panda Bear, alias Noah Lennox, membre fondateur d’Animal Collective, a annoncé fin 2018 la sortie de son nouvel album Buoys le 8 février 2019. Son prochain album succède à Panda Bear Meets The Grim Reaper, son disque kaléidoscopique sorti en 2015, et son EP A Day With The Homies publié en vinyle l’an dernier.

Panda Bear dévoile aujourd’hui « Token », nouvel extrait de l’album, avec le clip réalisé par Dean Blunt, producteur et musicien, dans lequel il se met en scène. Voici ce qu’il se passe quand vous demandez à Dean de réaliser une vidéo :

Ecoutez « Token » en streaming ICI

Les listes d’albums les plus attendus de l’année paraissent début janvier, beaucoup d’entre elles incluent Buoys, notamment celles de : Les Inrocks, Vulture, SPIN, Pitchfork, Stereogum et Consequence of Sound.

Panda Bear sera en tournée en Europe au printemps, après sa tournée aux Etats-Unis qui débutera à Washington une semaine après la sortie de son nouvel album. Retrouvez toutes les dates ci-dessous et réservez vos tickets ici : https://pandabearofficial.com/

Panda Bear en tournée

11.02 – Washington, DC – 9:30 Club
12.02 - Boston, MA – Paradise
14.02 - Brooklyn, NY - Pioneer Works [SOLD OUT]
15.02 - Brooklyn, NY - Pioneer Works
16.02 - Chicago, IL - The Art Institute of Chicago
18.02 - Los Angeles, CA - Lodge Room
19.02 - Los Angeles, CA - Lodge Room [SOLD OUT]
20.02 - San Francisco, CA - The Regency
19.04 – London, England – Electric Brixton
20.04 – Rotterdam, Netherlands – Motel Mozaique
21.04 – Berlin, Germany – Kesselhaus
23.04 – Brussels, Belgium – Les Nuits Botanique
24.04 – Lisbon, Portugal – Culturgest Lisbon
25.04 – Madrid, Spain – Conde Duque

Ecoutez “Dolphin”, premier extrait de l’album ICILes animations ont été réalisées par Crash Override.
Regardez un trailer de l’album réalisé par Danny Perez avec des extraits de Buoys ICI

Buoys a été co-produit et co-mixé avec Rusty Santos, collaborateur de longue date de Panda Bear, à Lisbonne au Portugal, ville d’adoption de Lennox. Leur dernière collaboration se portait sur Person Pitch, album incontournable de Panda Bear qui fêtait ses 10 ans en 2017. 

En plus de Santos, Buoys accueille les collaborations de la chanteuse /Dj chilienne Lizz et du musicien portugais Dino D'Santiago, deux artistes qui se sont rapprochés de Lennox grâce aux récentes productions trap et reggaeton de Santos. On les retrouve au chant sur « Inner Monologue » et Lizz a participé aux arrangements de l’album notamment sur « Dolphin ».

Buoys sera disponible en CD, LP et LP en édition limitée, ainsi qu’en digital le 8 février. Le CD ainsi que le vinyle en édition limitée comprennent un Tshirt en édition limitée et sont disponibles en pré-commande sur le site d’Animal Collective.
Pré-commandez votre copie : Animal Collective webstore || Digital

La pochette de Buoys a été réalisée par Danny Perez à partir d’une photographie de Fernanda Pereira et désignée par Rob Carmichael, SEEN.

 

Tracklisting

  1. Dolphin
  2. Cranked
  3. Token
  4. I Know I Don’t Know
  5. Master
  6. Buoys
  7. Inner Monologue
  8. Crescendo
  9. Home Free
 
Prev | 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10  | Next