NEWS

STEPHEN MALKMUS DÉVOILE SON NOUVEAU SINGLE "COME GET ME"

06/03/19

Image: Stephen Malkmus Come Get Me pic

Pour faire suite à la sortie des deux premiers singles ‘Viktor Borgia’ et ‘Rushing The Acid Frat’, Stephen Malkmus dévoile aujourd’hui le troisième extrait de Groove Denied (sortie le 15 mars sur Domino), le psychédélique et oriental (est-ce une cithare !?) Come Get Me.  

Malgré les influences prédominantes minimal-synth des années 80 et les influences indus sur une grande partie de Groove Denied, 'Come Get Me' est un peu plus proche de la zone de confort de Malkmus : “warped psych”, comme il le dit lui-même, cette tradition avant-gardiste de guitares sales et de grooves délabrés - sauf que dans ce cas-ci, c'est une seule personne qui prétend être un groupe - mais l'illusion est magnifiquement dévoilée sur ce nouveau titre relax et rythmé.

Ecoutez "Come Get Me" en streaming

Quand Stephen Malkmus a débuté sa carrière au début des années 90, en tant que leader et principal fondateur de Pavement, le milieu de la musique auquel il était associé n'aurait pas pu être plus éloigné des sons techno-rave de l'époque. La musique dance électronique, à l'époque comme aujourd'hui, portait sur la précision posthumaine, les textures synthétiques et la clarté hyper-numérique. Tandis que le mouvement lo-fi dans le rock underground prônait une ode à la paresse, aux aspérités et à la chaleur brute - cent nuances subtiles de distorsions et d’abrasions.

Retour au présent, voici Malkmus et son Groove Denied - le premier album solo de Stephen sans ses camarades des Jicks depuis 2001. Enregistré avec Ableton Live, Malkmus  a troqué sa section rythmique à propulsion humaine par un arsenal de boites à rythmes et une série de plug-in et de «soft synths». Il compare le processus de construction de chaque piste à la façon dont ses enfants « fabriquaient des personnages sur mon iPhone: choix de la couleur des cheveux, des robes, etc. Découper et déplacer les ondes. Un style s’inspirant du scroll d’Apple. »

Cette rupture remonte au début de cette décennie, lorsque Malkmus vécut à Berlin pendant deux ans et découvrit la scène club de la ville. Il a fait des incursions dans les célèbres fêtes nocturnes de la ville et est devenu fasciné par la techno: «la musique peut être géniale… vous pouvez vous échapper, danser et vous concentrer sur la musique - ou tout simplement vous enivrer ! »

Décrire Groove Denied comme étant le Low de Stephen Malkmus ne serait pas totalement hors de propos, ni une référence historique trop facile. Bien que largement enregistré en Oregon, l’essentiel de l’album a été écrit alors qu’il vivait à Berlin. Et si la méthodologie derrière Groove Denied est absolument celle du XXIème siècle, les références de la palette sonore remontent quant à elle à l’ère prénumérique. « Je voulais que le côté musique électronique de l'album, sonne pré-Internet», explique Stephen.

Groove Denied va bouleverser les idées reçues sur Malkmus et sur ce qu’il est capable de faire, le repositionnant ainsi dans l’ordre des choses. Mais sous un angle différent, son engagement envers la technologie numérique est tout à fait logique. Après tout, la lo-fi des années 90 - le son dans lequel Pavement et lui étaient initialement reconnus en tant que leaders et pionniers - n’était rien d’autre qu’obstinément sonique - il s’agissait uniquement du grain, des textures de guitare, des traitements et effets immodérés. Un hymne au bruit.

Comme Stephen l’a récemment tweeté à propos de l’omniprésence de l’Auto-Tune dans la création musicale contemporaine: « Nous attendons des transformations… et nous, les êtres humains, nous aimons tous ces putains d’outils. »

Groove Denied est disponible en précommande en exclusivité sur le Dom-Mart en vinyle transparent (accompagné de la disquette labellisée Groove Denied et d’un tirage photo rétro de Stephen Malkmus), en vinyle standard, CD (avec poster) et en digital. Précommander : Dom Mart | Digital

Tournée de Stephen Malkmus

30.04 – New York NY @ 92Y In-Conversation with Vanity Fair’s Michael Hogan
01.05 – Toronto ON @ The Great Hall ^ # SOLD OUT
02.05 – New York NY @ The Kitchen (early show) ^ SOLD OUT
02.05 – New York NY @ The Kitchen (late show) ^ SOLD OUT
03.05 – Somerville MA @ Arts At The Armory ^ # SOLD OUT
04.05 – Ardmore PA @ Ardmore Music Hall ^ #
05.05 – Washington DC @ Union Stage ^ #
07.05 – Austin TX @ 3TEN ACL Live ^
08.05 – Chicago IL @ Art Institute Of Chicago - Fullerton Hall ^ $ SOLD OUT
10.05 – Portland OR @ Doug Fir Lounge ^ SOLD OUT
11.05 – Seattle WA @ Columbia City Theater ^
14.05 – San Francisco CA @ Swedish American Hall ^ %
15.05 – Los Angeles CA @ Lodge Room ^ % SOLD OUT
16.05 – Los Angeles CA @ Lodge Room ^
30.05 – Barcelona ES @ Primavera Festival *
31.05 – Nimes FR @ This Is Not A Love Song *
02.06 – Hilvarenbeek NL @ Best Kept Secret *
04.06 – Sint-Niklaas BE @ De Casino *
05.06 – Hamburg DE @ Knust *
07.06 – Stockholm SE @ Debaser Strand *
08.06 – Helsinki FI @ Sideways Festival *
11.06 –  Oslo NO @ Parkteatret *
12.06 – Bergen NO @ Bergenfest *
14.06 – Copenhagen DK @ Lille (Little) Vega *
15.06 – Duisburg DE @ Traumzeit Festival *
16.06 – Mannheim DE @ Maifeld Derby Festival *
18.06 – Kortrijk BE @ De Kreun *

19.06 – Paris FR @ La Gaîté Lyrique *

* avec The Jicks
^ Malkmus solo
# première partie assurée par Eleanor Friedberger
% première partie assurée par Mary Lattimore

 

LE PREMIER ALBUM DE PROTOMARTYR ENFIN RÉÉDITÉ

Protomartyr | 05/03/19

Image: Protomartyr - NPAT press pic

Protomartyr vient enfin de mettre un terme à la question très fréquente : « Quand allez-vous rééditer votre premier album ? ». Pour les fans du groupe, No Passion All Technique est depuis longtemps un mystère. Absent des plates-formes de streaming, stock épuisé peu de temps après sa sortie (et disponible à des prix exorbitants sur Discogs), pourquoi cet album était-il si rare ? Le 3 mai, le disque sera à la portée de tous, puisque Domino rééditera No Passion All Technique en version deluxe, et publiera une version digitale enrichie de quatre titres issus de la session d'enregistrement de l’album : « King Boots », « Bubba Helms » et « Cartier E.G. » extraits du maxi The Dreads 85 84, et un titre inédit « Whatever Happened To The Saturn Boys ».

Protomartyr partage aussi le clip de « Jumbo's », titre incontournable des concerts du groupe, réalisé par Yoonha Park, un collaborateur de longue date, à qui l’on doit les vidéos de « Don’t Go To Anacita » et « Wheel of Fortune ».

Ecoutez "Jumbo's" en streaming

Lorsque Protomartyr – le chanteur Joe Casey, le guitariste Greg Ahee, le bassiste Scott Davidson et le batteur Alex Leonard – est entré en studio pour la première fois en Novembre 2011, il ignorait qu’il s’apprêtait à enregistrer un album. Avec seulement 4 heures de studio réservé et un pack de bières, l’idée était d’enregistrer suffisamment de titres pour faire un maxi. A la place, à la suggestion de leur ingénieur son Chris Koltay, le tout jeune groupe de Détroit a enregistré autant de titres qu’il le pouvait dans le peu de temps dont il disposait.

Il est reparti avec 21 morceaux – bien assez de titres pour deux singles et un album, qui, des années plus tard, est toujours prisé.

Epuisé quelques temps après sa sortie, en octobre 2012 chez Urinal Cake Records, No Passion All Technique est l’œuvre troublante d’un des auteurs et groupes de rock les plus magnétiques, et pourtant Protomartyr venait tout juste de se former. Primitif, cérébral, déchirant, amusant – c’est un tour de force fortuit devenu un album indispensable. « Ma mémoire est vide » raconte Casey, « mais maintenant j’apprécie regarder en arrière, me souvenir à quel point c’était brut et spontané. Il y a plein d’erreurs dans cet album et pas parce que nous le voulions. On ne peut toujours pas admettre qu’il est bien comme il est. Tu ne veux jamais dire que le premier c’est le meilleur, mais je suis heureux que le premier ne soit finalement pas si mal. Il nous a ouvert les portes de ce que nous voudrions plus tard. ».

Tracklisting de l’édition deluxe de No Passion All Technique :

1. In My Sphere
2. Machinist Man
3. Hot Wheel City
4. 3 Swallows
5. Free Supper
6. Jumbo’s
7. Ypsilanti
8. Too Many Jewels
9. (Don’t You) Call Me Out My Name
10. How He Lived After He Died
11. Feral Cats
12. Wine of Ape
13. Principalities
14. King Boots (Bonus Track)
15. Bubba Helms (Bonus Track)
16. Cartier E.G.s (Bonus Track)
17. Whatever Happened to the Saturn Boys? (Bonus Track)

No Passion All Technique est disponible en pré-commande en vinyle starburst en tirage limité, contenant un livret de 20 pages, CD et digital. La version digitale est enrichie de 4 titres bonus, issus de la session d’enregistrement de l’album. Pré-commandez votre copie : Dom Mart | Digital

 

CLINIC : NOUVEL ALBUM LE 10 MAI

Clinic | 05/03/19

Image: Clinic launch pic

Oyez, oyez ! Approchez, approchez ! Bienvenue à Wheeltappers and Shunters ! Après une absence sans précédent de sept ans, Clinic, le groupe d’expérimentalistes pop post-punk de Liverpool, revient avec son huitième album, disponible le 10 mai chez Domino. Ce nom, plutôt surprenant, est tiré de l'émission The Wheeltappers and Shunters Social Club, diffusée sur la chaîne ITV dans les années 1970. Animée par Bernard Manning, l’émission recréait l’ambiance enfumée et arrosée des men clubs du nord de l'Angleterre, à destination d’un public confortablement installé dans son canapé.

« C’était une blague entre nous pendant plusieurs années » révèle Ade Blackburn, porte-parole de Clinic, en parlant de l'émission à laquelle fait référence le titre de l'album. « Dès que nous parlions d'un titre trop 'cabaret' ou trop gentillet, nous disions qu’il sonnait comme ‘Wheeltappers and Shunters' ».

Cet album n'est ni une célébration, ni une critique de la culture de l'époque où Blackburn et son collaborateur, Hartley, ont grandi. « C'est une vision satirique de la culture britannique - haute comme populaire », explique Blackburn. « Cela me fascine que les gens considèrent les années 1970 comme des heures de gloire. Il a été démontré qu'il y avait un côté plus sombre et plus pervers à cette époque. Quand on y repense, c'était clairement présent dans la culture dominante. ».

Le premier titre extrait de Wheeltappers and Shunters est « Rubber Bullets », où le rock'n'roll des années 50 est mis à l’honneur, alors que Blackburn grogne « Neanderthal » sur un riff de guitare rockabilly à la Scotty Moore.

Regardez la vidéo – réalisée par Joseph May – de « Rubber Bullets » ici.

Ecoutez ‘Rubber Bullets’ en streaming

L'album a été enregistré l'année dernière dans le studio d’Hartley, membre fondateur du groupe, à Liverpool, et a été mixé par Dilip Harris (King Krule, Sons Of Kemet, Mount Kimbie). « Nous voulions faire un album fun et adapté aux dancefloors en ces temps sombres et conservateurs », poursuit Blackburn. Bien sûr, l’album est fun, mais il reste un disque de Clinic - sa façon de s'amuser déborde de menaces.

La Grande-Bretagne que Clinic évoque sur le disque n'est pas celle d’anciens villages verdoyants et bucoliques, ni même celle des danseurs de Morris Dance, que beaucoup semblent si déterminés à faire revenir dans le pays, mais il traite d’un passé plus sordide. La rêverie de Clinic est celle du temps où Blackpool était la capitale du plaisir du Royaume-Uni, où le public se divertissait avec les cirques et les fêtes foraines ambulants ; celle des fêtes ringardes sur la jetée des stations balnéaires Butlins ; du temps où les crieurs de la ville sonnaient leurs cloches et vociféraient leurs attaques cinglantes.

Pour la plupart des groupes à l’aube de leurs trente ans de carrière ensemble, le puit devrait être sec, mais avec huit albums au compteur, Clinic est toujours capable de surprendre. D’une durée de 28 minutes, Wheeltappers and Shunters est une véritable explosion, riche en détails et en intrigues sonores, de précieuses minutes pleines d'idées. « Nous sortions des albums tous les deux ans, nous étions réglés comme une horloge, il nous semblait naturel de faire une pause », explique Blackburn. « Ça nous a permis à tous de faire des choses assez excentriques, loin de Clinic. Je pense que nous voulions tous un peu de liberté. »

Clinic a également annoncé un concert au festival BBC6 à Liverpool à la fin du mois.

Tracklisting :

1. Laughing Cavalier
2. Complex
3. Rubber Bullets
4. Tiger
5. Ferryboat of the Mind
6. Mirage
7. D.I.S.C.I.P.L.E
8. Flying Fish
9. Be Yourself/Year of the Sadist
10. Congratulations
11. Rejoice!
12. New Equations at the Copacabana

 

Concert

31.03 – BBC 6 Music Festival, Liverpool


Wheeltappers and Shunters sera disponible en édition deluxe LP (vinyle rouge accompagné d’une photo 12 x 12) exclusivement sur Dom Mart, en LP standard, CD et digital. Pré-commandez votre copie : Dom Mart | Digital

 

BETH GIBBONS : PROJECTIONS EN AVANT-PREMIÈRE

04/03/19

Image: Beth Gibbons

Pour célébrer la sortie de Henryk Górecki: Symphony No. 3 (Symphony of Sorrowful Songs), dite Symphonie des Chants Plaintifs, interprétée par l’Orchestre Symphonique National de la Radio Polonaise, sous la direction de Krzysztof Penderecki, Beth Gibbons annonce une série de projections à travers le monde du film de la performance. Jason Hazely, directeur musical du projet, et Beth Gibbons seront présents aux projections à Paris, Londres et Berlin. Les deux projections à Londres sont complètes.

En amont de la sortie, découvrez une vidéo ‘behind the scene’ du chef d’orchestre Penderecki décrivant la préparation vocale de Beth Gibbons pour la performance. 
Regardez la vidéo ‘behind the scene’ ICI.

Regardez le trailer du film ICI.
Découvrez plus d’informations sur le projet ICI. 
Les enregistrements audio et vidéo de la performance seront disponibles le 29 mars 2019.

Projections du film

26.03 – Paris, France - MK2 – Bibliothèque

28.03 – London, UK – The Barbican (6:00pm screening  / 7:15pm screening) [SOLD OUT]
28.03 – Sydney, Australia – Golden Age Cinema
28.03 – Copenhagen, Denmark - CPH DOX / DFI
28.03 – Madrid, Spain - Sala Plató (Cineteca)
30.03 – Warsaw, Poland – National Audiovisual Institute
31.03 – Amsterdam, Netherlands – Melkweg Cinema
31.03 – Berlin, Germany - Babylon Kino Berlin Mitte
01.04 – Milan, Italy - Santeria Social Club
01.04 – Brooklyn, US –  Brooklyn Academy of Music (BAM Rose Cinemas) 

 

Beth Gibbons est la chanteuse, compositrice, productrice et co-fondatrice (avec Geoff Barrow et Adrian Utley) du groupe Portishead ainsi qu’une artiste solo. Cet album est le premier enregistrement de Beth Gibbons depuis 2008.

Henryk Górecki (1933 - 2010) était un compositeur polonais de musique classique contemporaine, considéré comme le compositeur classique ayant connu le plus grand succès commercial de ces dernières décennies. Son premier opus, la Troisième Symphonie, dite Symphonie des Chants Plaintifs, s'est écoulée à plus d'un million d'exemplaires.

Krzysztof Penderecki a été salué comme le plus grand compositeur et chef d'orchestre vivant de Pologne. Sa musique a accédé à un plus large public par le biais de films utilisant des bandes sonores telles que The Shining et The Exorcist.

Le film a été produit par l'Institut national de l'audiovisuel de Pologne et réalisé par Michał Merczyński.


Tracklisting
I. Lento — Sostenuto tranquillo ma cantabile
II. Lento e largo — Tranquillissimo
III. Lento — Cantabile-semplice

Henryk Górecki: Symphony No. 3 (Symphony of Sorrowful Songs) interprétée par Beth Gibbons et l’Orchestre Symphonique National de la Radio Polonaise sous la direction de Krzysztof Penderecki sera disponible en édition deluxe et standard LP et CD avec un DVD, et en digital : Deluxe LP + DVD | CD + DVD | Digital

 

 
Prev | 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10  | Next